Projet de naissance 

Partie 1 – Avant la naissance

 

Lorsque j’étais enfant, j’ai comme beaucoup de petites filles, rêver, imaginer et joué à être une princesse. A me marier et à avoir des enfants à travers mes poupées.

 

Et puis un jour cette petite fille est devenue grande, même adulte et certains rêves ou envies se sont concrétisés. Jamais vraiment comme prévu, (et je pense que c’est ça qui est chouette), mais au final je dirais bien plus beaux que ce que j’aurai pu espérer.

 

Lorsque je m’imaginais il y a quelques années en arrière tomber un jour enceinte, je ne pouvais pas savoir ce que cela allait impliquer, ni même à quel point une grossesse demandait de la préparation. C’est un vrai projet à lui tout seul.

Je pensais que je ferais pareil que toutes les femmes et suivrais les instructions des médecins à la lettre…

 

Sauf que, la grossesse et l’accouchement sont en fait des évènements qui se préparent, tout comme la venue de bébé en réalisant sa chambre, en achetant ses premiers vêtements, etc.

 

Alors un projet de naissance c’est quoi ?

A la différence d’il y a quelques années, les femmes sont aujourd’hui en droit de choisir la façon dont elles souhaitent accoucher.

Nous ne sommes plus dans « l’obligation » d’avoir une mise au monde ultra médicalisée et surveillée, nous sommes enfin en droit de choisir ce qui nous semble bon pour nous et notre corps.

Un projet de naissance c’est donc ça : choisir la façon dont on voudrait que ça se passe dans le meilleur des cas !

 

C’est dresser la liste de ce que l’on souhaite ou ne souhaite pas : accouchement avec ou sans péridurale, à la maison, en maison de naissance, accompagné d’une doula, etc.

Mais, c’est aussi prévoir « le pire ». Se dire que, selon comment la grossesse se passe, il est possible d’avoir une césarienne ou une intervention manuelle pour sortir le bébé par exemple, ou encore un déclanchement parce que le bébé se trouve bien au chaud mais que la date du terme est largement dépassée ! Tous ces points n’enlèveront rien à la mise au monde de notre enfant, le fait de les envisager permet simplement de ne pas se sentir déposséder de cet acte et surtout de ne pas ressentir de frustration par rapport à cette naissance.

 

En résumé, le projet de naissance est une façon de communiquer au mieux ses souhaits au corps médicale, il peut donc être écrit ou tout simplement verbal et expliqué aux médecins/sage-femme. C’est aussi et surtout une façon de se préparer au mieux et surtout en amont, comme une sorte de boite à outil, à cet évènement si particulier qu’est l’accouchement.

 

Comment et quand l’établir ?

Il est important de savoir que toutes les maternités ne le proposent pas. Il y a donc plusieurs possibilités :

  • Établir ce plan avec une sage-femme libérale, indépendante de la maternité
  • En parler avec le médecin et/ou la sage-femme de la maternité si ce n’est pas proposé
  • Le construire avec le personnel médical dédié en maison de naissance

En général le projet de naissance est évoqué lors du dernier trimestre, le plus souvent aux alentours de la 36esemaine.

Cependant, je vous invite à y réfléchir le plus tôt possible. Pourquoi ? pour être en mesure de vous renseigner et d’avoir toutes les informations nécessaires et d’en discuter ainsi avec votre sage-femme et votre partenaire pour faire les choix qui vous correspondent le mieux !

 

En effet, certaines structures, pour ma part l’hôpital Necker, propose des accouchements physiologiques ou naturels. Cette option doit être choisi le plus tôt possible afin d’effectuer le suivi médical approprié. Certaines sages-femmes ont des formations différentes du parcours classique et une approche plus naturelle. D’autre part, les cours de préparation à l’accouchement/naissance seront eux aussi différents et proposer par le personnel qui nous suivra en salle de travail.

 

Malheureusement, le programme d’accouchement physiologique de l’hôpital Necker va fermer cette année, en juillet 2019, par manque de personnel formé pour cette approche. Ce qui est très regrettable…

Heureusement il existe de plus en plus de lieux et d’hôpitaux qui développent ce procéder.

 

Pour ce qui est de comment établir son projet, il ne faut pas hésiter à effectuer des recherches sur internet, pourquoi pas des forums, lire des blogs ou des livres et surtout, écouter son envie !

Être à l’écoute de son corps, de ce que l’on souhaite ressentir ou pas. Il n’y a pas de bon ou mauvais choix, il y a juste notre propre choix.

 

Attention cependant à bien trier et faire la part des choses ! ne vous laissez pas submerger par les mauvaises expériences uniquement ou encore des témoignages « chocs ». N’oubliez pas que nous sommes toutes différentes et que ce que nous vivons est et restera unique, vous ne vivrez jamais la même chose qu’une autre.

 

L’autre aspect absolument indispensable à l’établissement de ce projet, c’est le partenaire ! Et oui, parce que lui aussi est concerné !

En effet il s’agit de votre corps, mais il s’agit aussi de son bébé et c’est lui (ou elle) qui va vous accompagner, vous soutenir et vous coacher si nécessaire. Parce que l’équipe fait la force.

Chaque individu est différent, et certains futurs papas (ou maman) ne souhaitent pas, ou ne sont pas en mesure de supporter l’éventuelle souffrance de leur partenaire. Tout comme ils ne seront peut-être pas volontaire à la coupure du cordon ou tout simplement ne seront pas en mesure de voir certaines choses.

Nous sommes des êtres humains, avec nos forces et nos faiblesses. N’oublions pas que nous ne sommes pas que des futures mamans, mais aussi et avant tout des femmes, des partenaires et des amantes. Que l’acte et la relation sexuelle sont des choses primordiales dans la vie d’un couple.

Le vagin est une zone sacrée, voir mystique pour l’homme. Si après un accouchement celui-ci est choqué et ne parvient plus à se le représenter comme un élément de plaisir…cela risque fortement de compliquer les choses et les relations.

 

Du coup on y indique quoi dans ce projet ?

Comme évoqué un peu plus haut, le projet de naissance est un outil de communication avec le personnel médical. C’est une façon de nous faire connaitre et de partager notre approche de la naissance et de notre corps. Et surtout c’est le meilleur moyen de bien se préparer parce que on peut en discuter en amont !

Ce projet est très personnel, il est donc difficile de partager un document type (même s’il en existe…). Cependant vous pourrez trouver un peu partout sur le net des exemples.

 

Vous pourrez donc noter :

  • Si on souhaite de la musique, dans ce cas demander au papa par exemple d’établir une super playlist 😉
  • Si on souhaite une péridurale ou pas (on peut changer d’avis à tout moment, ou presque !)
  • Si l’on veut accoucher dans une position spécifique, ou encore demander une certaine liberté de mouvement pendant le travail
  • Si l’on souhaite se doucher
  • Si l’on ne veut pas d’épisiotomie
  • Si l’on ne veut pas accélérer le travail via une injection d’ocytocine
  • Si l’on souhaite sortir le bébé nous-même, ou le papa
  • Si l’on veut être accompagnée de son mari/conjoint ou encore Doula etc.

 

Tous ces exemples ne sont pas exhaustifs, encore une fois il s’agit de quelque chose de très personnel, qui ne peut venir que de vous.

C’est une liste de souhaits, qui pourrait être remise en question le jour J en fonction de la situation !

Pour information, le taux de pratique des épisiotomie est en diminution en France:

source : Le monde

 

Mon projet personnel

Dans les prochaines lignes, je vais vous parler de mes choix et de comment j’en suis arrivée à cette envie.

Sachez avant toute chose, qu’il n’y a pas de bon ou mauvais projet, il n’y a que le vôtre, celui qui vous parle et qui fait sens pour vous. Ne laisser personne vous juger pour vos choix, cette grossesse et tout ce qui l’entourent vous appartient, C’EST VOTRE PROJET

 

Quand je suis tombée enceinte, en juillet 2018, j’ai été submergée par l’émotion et il m’était impensable d’anticiper de prévoir ou encore réfléchir a tout ce que la grossesse pouvait être et allait représenter. J’étais simplement heureuse et je voulais me laisser vivre au gré des jours…

Mon atout : le fait d’être professeur de yoga pré & postnatal formée par des sages-femmes. Je savais donc ce qui, dans les grandes lignes, allait m’attendre physiologiquement.

 

L’émotion passée, les vacances à l’approche, j’ai commencé à réaliser et entrevoir ce qui allait m’attendre réellement, notamment le jour de la délivrance. Moment qui inquiète voir même qui terrorise les futures mamans.

Mais ne vous inquiétez pas, nous sommes faites pour ça et tout ira bien !

 

Initialement, j’avais en tête un accouchement médicalisé, avec péridurale et tout ce qui va avec. Et puis connaissant certaines contraintes, notamment celle d’être immobilisée et sur le dos de surcroit, j’ai réfléchi à d’autres alternatives. J’ai évoqué ces questions avec le futur papa qui m’a laissé carte blanche à partir du moment où je m’écoutais et que j’étais en accord avec moi-même et mon corps.

 

J’ai donc commencé à chercher des références, des témoignages sur internet et auprès de femmes/élèves de mon entourage:

Parmi mes élèves j’ai la belle Anne-Sophie avec qui j’ai pu évoquer le début de ma grossesse et qui m’a gentiment parler de ses propres expériences. Alors par curiosité je suis allée voir son blog. Parce qu’en plus de recettes plus géniales et belles les unes que les autres, c’est aussi et avant tout une femme et une maman comblée. Sur son blog elle partage ses 2 expériences, et personnellement, elles m’ont donné à réfléchir :

http://www.fashioncooking.fr/2017/06/accouchement-sous-peridurale/

J’ai continué à me renseigner, chercher partout, et surtout me former auprès de professionnels (à la fois pour mon métier mais aussi pour ma connaissance et curiosité personnelle) et ce que j’ai retenue de tout ce que j’ai pu lire ou entendre sur l’accouchement naturel vs médicalisé c’est ce qui suit :

  • L’accouchement naturel est souvent plus rapide et moins fatiguant parce que les contractions sont mieux ressenties et donc plus efficaces sur nos actions
  • L’accouchement naturel, autorise le mouvement. Bouger en accouchant facilite également le travail à la fois de la maman et du bébé. Il suffit parfois de bouger légèrement pour faciliter la sortie
  • L’accouchement naturel est physiologique : il correspond totalement au corps humain et donc n’apporte aucune contrainte physique à la maman et par conséquent au bébé. Accoucher sur le dos, n’est pas physiologique, c’est simplement plus facile pour le personnel médical de voir et d’accueillir l’enfant.
  • L’accouchement naturel, nous permet d’être en plein possession de nos moyens, consciente de tout ce qui se passe et surtout la possibilité de pouvoir s’hydrater et donc boire ! ce qui n’est pas possible avec une péridurale. Je trouve ça particulièrement difficile d’être privée d’eau pendant certains efforts intenses.
  • L’accouchement naturel, autorise des solutions telles que l’acupuncture, l’hypnose ou encore la sophrologie pour aider à supporter les phases de travail intense voir douloureuse. Oui ça reste douloureux… la possibilité d’avoir accès à des bains ou douches chaudes favorisant ainsi le relâchement des muscles et de la peau.
  • Quand tout se passe bien (la majorité des cas), aucune intervention médicale ! donc pas d’épisiotomie (sachez que l’épisiotomie n’est pas systématique et que les chiffres partout en France tendent a diminuer), pas d’injections sauf peut-être pour l’ocytocine après la délivrance afin de favoriser l’expulsion du placenta. (On peut s’y opposer)
  • L’accouchement naturel, permet aussi au papa (conjoint) de pouvoir faire partie du process, il est actif, il nous coach. Il se sent probablement plus utile ou efficace.
  • Enfin, l’accouchement naturel, favorise une sortie de bébé plus éveillé, facilitant la mise au sein.

 

Encore une fois, cette liste est non exhaustive, et ce sont les arguments que j’ai retenus, ceux qui m’ont permis de choisir cette option pour mon accouchement. L’avantage, c’est que si le travail devait être très long, ou plus compliqué que prévu, j’ai toujours la possibilité d’avoir recours à la péridurale. Et même lors d’un accouchement « normal » ou « médicalisé » la péridurale n’est pas à 100% efficace selon les femmes !

Ce choix m’a valu bien évidement quelques critiques, comme toujours ! probablement par peur de l’inconnu, manque d’information ou mauvaises expériences passées.

Mais je reste convaincu que c’est la meilleure option pour moi, mon bébé et mon partenaire. Nous y avons réfléchi ensemble, travaillé ensemble et nous sommes prêt à accueillir cet enfant de la plus belle des façons qui soit.

Je reste convaincu, que s’il nous a été donné la possibilité de porter la vie et la donner pour une bonne raison et je tiens à le vivre. Je vais probablement avoir mal, mais je ne cherche pas délibérément à avoir mal. C’est comme ça, et il existe aujourd’hui encore beaucoup de population à travers le monde qui ont gardé cette façon de faire.

 

Nous sommes très bien préparés, notamment grâce aux sages-femmes qui ont fait notre suivi, notre dialogue au sein du couple et mes compétences en matière de yoga, relaxation et respiration. Nous sommes également prêt à ce que rien ne se passe vraiment comme prévu, de cette façon nous ne serons pas déçu et pourrons réagir au mieux.

 

Bibliographie/articles

https://www.laurencepernoud.com/grossesse/accouchement/accoucher-avec-ou-sans-peridurale.html

https://www.laboiterose.fr/grossesse/accouchement/peridurale-gerer-douleur/accoucher-sans-peridurale-les-avantages-et-les-inconvenients

https://solidarites-sante.gouv.fr/systeme-de-sante-et-medico-social/structures-de-soins/article/les-maisons-de-naissance

https://www.parents.fr/grossesse/psycho-sexo/a-quoi-sert-le-projet-de-naissance-336750

http://www.leslouves.com/projet-de-naissance/

http://naitreetgrandir.over-blog.org/pages/Exemple_de_projet_de_naissance-5258883.html

https://doulas.info/le-projet-de-naissance/

http://www.epopé-inserm.fr/wp-content/uploads/2015/01/Rapport-Naisances-ENP2010.pdf